Accélérateur et incubateur de start-up – On vous dit tout

Accélérateur et incubateur de start-up

Vous êtes décidés et souhaitez démarrer votre activité d’entrepreneur ? Vous souhaitez faire mûrir une idée, un concept ou encore développer davantage votre projet déjà bien avancé et augmenter ainsi son potentiel de façon exponentielle ? Pour vous accompagner, il existe de nombreuses solutions et certainement avez-vous entendu parler des incubateurs et accélérateurs de start-ups.

Plus qu’un espace de travail, c’est surtout un moyen de recevoir des conseils expérimentés et personnalisés. Parfois même, il est possible d'obtenir un appui financier via des investisseurs. En quoi cela ça consiste ? A qui cela s’adresse-t ’il ? Quels en sont les avantages et inconvénients et comment y accéder ? L’équipe LTDE vous répond.

Définition et différences entre un accélérateur et un incubateur d’entreprises

Les incubateurs : de la simple idée à la réalisation

Les incubateurs d’entreprises sont des structures qui vous promettent un accompagnement dans la maturation, l’implémentation et la concrétisation de vos idées de projets.

Souvent appelés couveuses ou pépinières, ces notions font en effet sens quand on comprend leur objectif et leur vocation. En effet, en phase de création de votre projet, ils accueillent de nombreuses start-ups. Les incubateurs mettent à leur disposition un espace de travail, des bureaux, du matériels informatiques mais également des salles de réunion, privilégiant ainsi le partage d’expériences entre entrepreneurs et garantissant un accompagnement à travers des conseils avisés d’experts et de professionnels.

Il s’agit ici de s’entourer de personnes dotées de connaissances et de compétences pouvant vous aider à développer votre projet. Elles peuvent également parfois même vous aider sur plan financier.

Quand les accélérateurs riment avec croissance et développement

L’accélérateur de start-up est un programme destiné aux entreprises déjà constituées ayant démarré leur activité et souhaitant augmenter leur chiffre d’affaire, booster leur projet et le promouvoir. Il ne se substitue pas aux incubateurs mais s’inscrit plutôt dans la continuité de ces derniers.

En effet, des investisseurs (privés ou publics) se sont donnés pour mission d’accompagner vos projets innovants en proposant différents services tels que :

  • la domiciliation de votre entreprise
  • l’accès à une assistance et des conseils juridiques, administratifs ou encore fiscaux
  • une mise en relation avec des investisseurs
  • des formations sur des thématiques spécifiques
  • ...

Le terme "accélérateur" n’est pas dépourvu de sens puisque la durée de ce type de programme se veut relativement court et à durée déterminée (2 à 12 mois en général). La phase d’incubation peut elle s’inscrire un peu plus dans le temps (jusqu’à 18 à 24 mois).

Ces services, aussi pertinents soient-ils, représentent également un coût. Il peut se traduire par une facturation simple ou encore par une participation sur le capital de l’entreprise. En effet, les accélérateurs aspirent ainsi à obtenir un retour sur investissement en misant sur votre projet qu’ils jugeront à la fois innovant et prometteur.

Il existe finalement peu de nuance entre ces deux concepts. Il s’agit dans les deux cas de vous donner les outils et faire de idée et projet innovant un véritable succès. Vous l’aurez compris, la différence réside principalement dans le stade et l'état d'avancement auquel intervient cet accompagnement. La question à présent reste de savoir comment rejoindre ou faire appel à ce type de structure et de programme.

Comment intégrer un incubateur

Comment intégrer un incubateur ou accélérateur de start-up

Qu’il s’agisse de rejoindre un incubateur hébergé par de grandes écoles de commerce, par de grands groupes ou encore des institutions publiques, la tâche n’est pas toujours aisée. Lequel choisir ? Quelles sont les méthodes de sélection ?

Quels sont les différents types de structures ?

Ils existent un large choix d’incubateurs d’entreprises qui se veulent généralistes ou parfois plus spécifiques. Leur point commun : miser sur le caractère innovant de votre projet. L’idée ici est de vous décrire les différents types d’incubateurs qu’ils existent.

  • Incubateurs privés : De plus en plus de grands groupes disposent de leurs propres services d’incubation (Google, Microsoft, Airbus…). Les secteurs d’activités sont très variés et pourtant, ces grandes entreprises restent toute en veille. Elles sont à la recherche perpétuelle d’idées novatrices qui leur permettront de se démarquer de leur concurrent.
  • Incubateur de start-up des grandes écoles : le nom de Mark Zuckerberg ou encore Bill Gates vous sont familiers ? Sachez qu’ils ont crée leur projet alors qu’ils étaient encore étudiants. Les universités ou encore grandes écoles en ont bien conscience. En ce sens, certaines d’entre elles ont décidé de créer leur propre incubateur. Ils ont pour vocation d’accompagner leurs jeunes pousses dans leur projet tout en ouvrant également leurs portes aux jeunes entrepreneurs extérieur à leur établissement.
  • Incubateurs publics : La loi sur la recherche et l’innovation plus connue sous le nom de la "loi Allègre" a permis de créer les premiers incubateurs de la recherche publique en matière de santé, de multimédia, de sciences humaines et sociales et tant d’autres… Sa mission est de favoriser l’émergence et la création d’entreprises.

Les choix sont multiples et il vous appartient de faire un benchmark afin d’identifier celui qui répondra au mieux à vos besoins et vos attentes en fonction de la nature de votre entreprise et de son secteur d’activité.

Comment intégrer un incubateur ?

Pour rejoindre un incubateur il vous faudra avoir les épaules solides car la concurrence est rude pour se positionner. Les places sont limitées. Cela ne rend pas pour autant la tâche impossible.

En effet, une fois que vous aurez identifié l’incubateur/accélérateur pertinent et adapté à votre entreprise et/ou votre projet, il convient de monter votre dossier de candidature qui sera analyser par un comité de sélection. Ce dossier est votre coupon d’entrée dans cet incubateur et il ne faut donc pas le négliger.

La sélection se fait généralement en plusieurs étapes. Elle s’achève par une présentation durant laquelle il faudra savoir vendre votre projet en faisant la promotion de ses qualités innovantes mais également rassurer l’auditoire de la viabilité de votre idée et attiser leur intérêt.

Pour se faire, il ne faudra rien laisser au hasard :

  • Travailler et assurer un discours à la fois percutant et convaincant
  • Présenter un business plan bien ficelé
  • S’exprimer avec enthousiasme et ambition tout en faisant attention à votre langage corporel
  • ...

Le comité d’évaluation prêtera attention à tout ces détails afin de s’assurer que votre dossier a un potentiel économique réel et qu’il est porté par une personne sûre d’elle.

Les services proposés par ces structures sont aussi riches que les avantages que vous pourrez en tirer. Vous avez une idée ? Vous hésitez à vous lancer ? Faites vous confiance car comme l’a dit un certain Marc Zuckerberg : "Le plus grand risque, est de ne pas prendre de risque".