Portage salarial – définition, fonctionnement et avantages

Jeune femme en portage salarial travaillant chez elle

Ces dernières années, le portage salarial est une forme de travail qui ne cesse de gagner en popularité. C’est un concept encore peu connu auprès des indépendants et des entreprises. Ce guide détaillé vous sera sans doute très utile pour comprendre cet univers. Qu’est-ce que le portage salarial ? Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Qui peut en bénéficier ? Nous faisons le point.

Définition du portage salarial

Si nous nous basons sur le code du travail, le portage est défini comme une relation contractuelle entre "une entreprise de portage, une personne portée et des entreprises clients".

En d’autres termes, le futur entrepreneur en portage salarial réalise, de façon indépendante, une mission (ou plusieurs) pour des entreprises clientes, qu'il facture au nom de l'entreprise de portage salariale. Celle-ci lui verse un salaire en fonction des tâches effectuées. De cette façon, ce concept offre beaucoup plus de flexibilité pour les entrepreneurs portés et est très bénéfique pour les autres parties bénéficiaires.

Souvent, le portage est de plus en plus recommandé pour les entrepreneurs qui souhaitent tester leur activité sans risque avant de lancer leur firme. En général, le concept repose sur deux idées, qui sont :

  • Offrir à une personne l’opportunité d’effectuer une activité en entreprise ;
  • Lui permettre de bénéficier du statut de salarié tout en facturant l’honoraire de ses missions à ces sociétés devenues clients ;

Rappelons que le concept est apparu vers la fin des années 1980. Ces dernières années, cette forme de travail a connu un réel engouement.

Fonctionnement du portage salarial

Le fonctionnement de ce concept est très novateur, ce qui offre au salarié porté de nombreux avantages. Cette forme de travail emprunte à la fois au domaine du salariat et à celui de l’entrepreneuriat. Il est en effet à mi-chemin entre le statut de salarié et celui de micro-entrepreneur.

En effet, le statut permet de réaliser une activité indépendante tout en bénéficiant du régime général de protection sociale, grâce au statut de salarié, et sans les contraintes et risques d’une création d’entreprise.

L’entreprise de portage prend en charge la partie administrative. Ainsi, le porté gagne plus de temps puisqu’il raye de son emploi de temps une multitude de tâches administratives. Par conséquent, il peut faire de nombreuses missions, ce qui augmentera sans doute son chiffre d’affaires. C’est d’ailleurs pour cette raison que ce statut est devenu une référence dans l’accompagnement des consultants et des travailleurs autonomes.

Si vous souhaitez devenir un salarié porté, sachez qu’il est indispensable d’être très motivé et suffisamment qualifié pour bien mener vos missions dans le cadre du contrat de portage. Il faut aussi avoir les capacités nécessaires pour proposer des solutions adaptées aux clients et fixer les tarifs en adéquation.

Quels sont les avantages de cette forme de travail ?

Ces dernières années, le portage salarial a le vent en poupe, et ce n’est pas un hasard. Pourquoi ? Puisqu’il s’agit d’un concept qui nous offre une dizaine d’avantages. Nous vous en citons les plus importants.

L’absence de création des statuts

Le salarié de l’entreprise de portage ne doit, en aucun cas, faire une déclaration en quelconque société. Il peut commencer son travail dès qu’il s’engage avec la firme de portage. De cette façon, il aura la possibilité de tester son expertise sans subir les éventuels risques liés à la création d’une entreprise. Ainsi, il cumule les avantages de son statut de salarié et ceux de son activité indépendante.

L’absence de frais à prévoir

Comme déjà précisé ci-dessus, le salarié en portage n’est pas obligé de créer sa propre société. Ainsi, il n’y aura aucun frais à prévoir, notamment les charges liées à la création d’une entreprise, au paiement du loyer, à l’achat du matériel, aux déclarations qui doivent être faites, etc.

Il n’y a pas de supérieur hiérarchique

Opter sur cette forme de travail, c’est la garantie de travaille de façon indépendante. Il n’y a aucun supérieur hiérarchique. Le porté est libre de choisir avec qui et comment il souhaite travailler.

La retraite est assurée

Comme n’importe quel salarié, le porté cotise pour sa retraite. Selon les estimations faites par les professionnels, la retraite d’un salarié porté est souvent supérieure à celle d’un free-lance.

L’allocation au chômage

Le consultant porté cotise aussi pour l’assurance chômage. S’il ne reçoit aucune mission, il peut donc bénéficier de l’allocation, sous la seule condition de totaliser le nombre d’heures de travail minimum requis.

Aucune dispersion possible

Quand une personne choisit le portage salarial, il ne doit se concentrer que sur la réalisation de ses missions. Cette forme de travail est très efficace pour qu’il teste le marché, et ainsi avoir une idée bien claire sur la faisabilité de son futur projet. Cerise sur le gâteau, le porté est libre de choisir l’activité à exercer, ses clients et son entreprise de portage.

Aucune limite du chiffre d’affaires à respecter

Comme vous le savez sans doute, le chiffre d’affaires d’un indépendant est plafonné selon l’activité qu’il exerce. Pour une activité commerciale, le plafond est de 170 000 euros HT ; 70 000 euros pour les prestations intellectuelles.

Pour le portage salarial, c’est une forme qui permet à la personne de gérer son argent comme un entrepreneur aguerri, sans de chiffre d'affaire plafonné.  Il peut déduire ses frais professionnels et récupérer la TVA sur achats et investissements. A noter que certaines entreprises de portage proposent la récupération de la TVA.

En gros, le statut présente plusieurs avantages : protection sociale, assurance chômage, pas de société à gérer, une indépendance, aucuns frais à prévoir, etc. C’est d’ailleurs pour cette raison que les futurs jeunes entrepreneurs optent pour cette forme de travail pour tester leur idée et/ou projet avant de créer leur propre société.

Quels sont ses inconvénients  du portage salarial ?

Certes, le concept offre de nombreux avantages au salarié porté, mais il existe certains inconvénients à prendre en compte : le coût de cette forme de travail, son formalisme, le ticket d’entrée et les droits de chômage. Nous vous dirons tout !

Le coût du portage salarial

Pour certains, le coût peut être un frein au portage salarial. Il est composé en trois éléments, à savoir les commissions prélevées par l’entreprise de portage, les cotisations patronales versées par ladite société, sans oublier les cotisations salariales précomptées au salarié porté.

Le formalisme du concept

Cette forme de travail exige la rédaction et la signature de 3 contrats, qui sont :

  • Le contrat de prestation de service : c’est un document qui doit être signé entre le salarié porté, l’entreprise de portage et le client. Il mentionne la mission à effectuer, les dates de début et de fin et les modalités de paiement.
  • Le contrat de travail : il se fait entre le porté et la société de portage. Il est signé en même temps que le contrat de prestation de service. En général, c’est un contrat à durée déterminée  mais peut également être un CDI (à durée indéterminée donc). Mais dans certains cas, les parties prenantes peuvent opter pour un contrat à temps partiel ou à durée indéterminée.
  • La convention d’adhésion : il est signé entre les trois parties prenantes pour indiquer les modalités de refacturation des honoraires ainsi que les prestations annexes proposées par l’entreprise de portage.

Plus d'infos ici.

Le ticket d’entrée

En général, les entreprises de portage n’acceptent que les missions représentant un honoraire final facturé supérieur à 1 000 euros. Ce point est parmi les inconvénients du portage salarial à ne pas négliger.

Le droit au chômage n’est pas toujours acquis

Quand on parle de l’assurance chômage d’un salarié porté, il faut savoir que les allocations ne sont accordées que si le lien de subordination entre l’entreprise de portage et le porté est clairement établi.

Pour conserver une partie de ses ARE (Allocations d’aide au Retour d’Emploi), le salarié porté doit remplir deux conditions :

  • Ne pas dépasser plus de 110 heures de travail par mois (temps partiel) ;
  • Être toujours inscrit au Pôle Emploi en tant que demandeur d’emploi ;

Le portage salarial, pour qui ?

Vous êtes un jeune diplômé en recherche d’activité, freelance, cadre, formateur, consultant, salarié… ou manager de transition ? Le portage salarial est sans doute fait pour vous. Il n’y a aucune distinction d’âge, d’expérience ou de notoriété.

Cette forme de travail est destinée à toutes les personnes qui souhaitent proposer une prestation intellectuelle. A noter que les métiers les plus répandus sont ceux liés au monde de l’informatique, le digital, le coaching, la gestion de projet, la formation, l’audit, la communication, les ressources humaines, l’ingénierie, etc.

Comme déjà précisé ci-dessus, cette forme de travail plaira aussi aux jeunes entrepreneurs qui souhaitent créer leur propre société mais ont peur de se lancer. Ainsi, ils peuvent opter pour cette forme de travail pour tester le projet avant de se lancer en auto-entrepreneur ou créer un autre type de société.

Le portage salarial concerne aussi les salariés en quête d’une solution de facturation pour des missions ponctuelles.

Attention ! Ce statut ne s'adapte pas à toutes les activités. Nous citons par exemple les métiers de service à la personne, les activités de négoce et la plupart des métiers réglementés.