Meilleures solutions pour diminuer le chômage

Solutions pour diminuer le chômage

Le chômage est un réel problème en France. Les jeunes ou les non-diplômés sont les plus touchés par ce phénomène. Cependant, l’État et les groupements privés ont pensé à quelques résolutions pour améliorer cette situation. Voici les meilleures solutions pour lutter efficacement contre le chômage.

Des solutions pratiques

Certaines solutions pratiques à l’instar de la Formation Marketing Digital permettront de réduire considérablement le chômage.

Des formations adaptées

De nombreux emplois sont vacants en France parce que les demandeurs sont surdiplômés. D’autres personnes n’ont ni l’expérience nécessaire ni les diplômes requis pour postuler. Cette inéquation entre formation, demande et offre est la cause du taux de chômage. Ce dernier est de 24 % chez les 15 à 24 ans contre 9 % chez les 25 à 40 ans.

La formation des jeunes non-diplômés s’adaptant aux postes vacants permet de diminuer le chômage. L’orientation des étudiants vers les formations à fort taux de pénétration permettra également de réduire le manque de travail. La Formation Marketing Digital est une excellente solution. Les chômeurs pourront s’en servir pour créer leur marché en ligne et intégrer les métiers du Web.

Promotion de l’apprentissage

Cette formation très prisée actuellement allie théorie et pratique. Elle s’intéresse à plus de 550 000 jeunes. Les entreprises sont de plus en plus intéressées par ce type de formation puisqu’elles embauchent les jeunes expérimentés. Pour cela, 25 % des entreprises en France sont prêtes à engager un apprenti. Avec la Formation Marketing Digital par exemple, un apprenti apprendrait très rapidement en 2 ou 3 jours de cours. 

Favorisation des emplois d’avenir

Les emplois d’avenir sont des contrats facilitant l’accès des demandeurs d’emploi à un travail durable. En d’autres termes, il y a une certaine durée pour l’intégration des jeunes chômeurs dans les entreprises. À la fin de cette période, les contrats débouchent sur les CDI ou des CDD.

À l'âge de 16 ans, les employés aidés :

  • Ont un statut de salarié,
  • Touchent le SMIC,
  • Ont un suivi médical,
  • Bénéficient des congés payés, etc.

L’employeur quant à lui touchera des aides de l’État. Les structures de vente bénéficient de 35 % du SMIC alors que les structures socioculturelles sont aidées à hauteur de 75 % du SMIC. Même si elle est très peu connue, cette mesure touche environ 125 000 personnes de 16 à 25 ans.

L’encouragement à la création d’entreprises par les jeunes

Les jeunes ont d’excellents projets et des idées révolutionnaires. Leur apporter de l’aide ou du financement pour développer un commerce serait une parfaite solution. La Formation Marketing Digital leur permettra également de gérer leur commerce en ligne pour éviter les frais d’une boutique.

Outre ces solutions, certaines politiques ont été élaborées pour en finir avec le manque d’emploi.

Les politiques passives de réduction du chômage

Ces politiques sont nommées passives parce qu’elles ne servent pas à combattre directement les causes du chômage. Elles cherchent plutôt à atténuer leurs conséquences. Leur objectif est d’offrir un accompagnement social au demandeur d’emploi. Les pouvoirs publics mettent ces politiques en œuvre en considérant que le niveau de l’offre d’emploi sera difficile à modifier.

Ils s’efforceront donc de venir en aide aux nombreux chômeurs avant tout. Le traitement social du chômage devra permettre de diminuer les demandeurs d’emploi et le nombre des actifs. Il leur fournira des aides pour trouver de l’emploi ainsi que le Revenu Minimum d’Insertion et l’assurance chômage.

Diminuer le nombre des actifs

Cette mesure va servir à éloigner le plus grand nombre possible de personnes du marché du travail. Il faudra donc :

  • Réduire l’âge de la retraite,
  • Inciter aux départs précipités à la retraite,
  • Encourager l’augmentation de la durée de scolarité pour élever le niveau de qualification des ouvriers,
  • Encourager des parents à rester à la maison,
  • Proposer des aides au retour des travailleurs immigrés.

Ce sont des moyens efficaces, mais assez coûteux qui ne s’adaptent pas à l’évolution de la société. Le montant des indemnisations ne cesse d’augmenter avec le nombre grandissant de chômeurs. 

Indemniser les chômeurs

Il est question d’octroyer un revenu substantiel aux chômeurs en leur versant :

  • Une allocation chômage
    Elle sera assurée en fonction de leur ancienneté et du salaire perçu pendant leur période d’activité. Le chômeur devra également faire un engagement pour la recherche active d’un emploi. Il s’agit d’une logique d’assurance par un système de cotisations axées sur le salaire.
  • Un revenu minimum
    Celui-ci permettra aux non-salariés n’ayant pas de droits d’assurance de supporter le chômage et d’éviter la pauvreté. Il évitera aussi l’exclusion de ces derniers. C’est une logique de solidarité et d’assistance.

 Les politiques actives de lutte contre le chômage

Elles consistent en la prise de mesures pour sauver et créer des emplois. L’objectif de ces politiques est de favoriser la création des emplois et d’assurer le fonctionnement optimal du marché du travail. Il est question de diminuer les charges patronales des chômeurs et de procéder à des exonérations fiscales.

Il faudra également ajuster l’offre et la demande d’emploi et améliorer les formations. Ces politiques ont des effets limités. L’emploi de certains travailleurs pourrait se trouver menacé et l’augmentation de la qualification n’assure pas la diminution du nombre de chômeurs.

En conclusion, le chômage est un problème récurrent qui ne fait qu’augmenter. Cependant, ces solutions permettront de le réduire, puisqu’il ne peut pas être totalement éradiqué.