Comment gérer les conflits au bureau ? 6 solutions pour y parvenir

Conflits au bureau - Les soltions pour les gérer

Quand des tensions surviennent au travail, il n’est pas toujours facile de savoir comment les aborder. Susceptibilité, incompréhension, fierté… Tout laisse à penser que les querelles professionnelles semblent être inévitables quand on sait le nombre d’heures que nous passons à côtoyer nos collègues.

Que vous soyez au cœur de ces conflits au bureau ou bien que vous ayez à les gérer au sein de votre équipe, comment y mettre fin et surtout comment les prévenir ? En effet, les altercations entre collaborateurs ont souvent une incidence sur l’ambiance générale au travail mais nuisent aussi à la productivité de l’équipe. Il est donc indispensable de ne pas ignorer ce type de tensions et d’essayer d’y apporter une solution. Nous avons sélectionné 6 moyens d’y mettre fin vous les présentons dans cet article.

#1. Écoute, échange et apprentissage

Les conflits au bureau sont parfois inévitables et peuvent même être un passage obligatoire auquel on ne peut déroger. Une fois qu’ils surviennent, il est trop tard pour revenir là-dessus, mais il est encore temps d’en tirer du positif. Pour cela, il faut réagir rapidement avant que la situation ne s’aggrave sans pour autant se précipiter. En effet, les réactions à chaud pourraient empirer les choses.

L’objectif est de pouvoir discuter calmement de l’objet de la dispute, partager son ressenti, écouter ce que l’autre a à dire tout en restant ouvert d’esprit.

On se rend souvent bien compte que sous le coup de l’énervement, nous perdons le contrôle de nos émotions. Nous ne parvenons plus à écouter l’autre et n’avons qu’en tête nos propres arguments et notre ligne de défense.  Se disputer ça arrive. L’important est de pouvoir prendre de la hauteur, comprendre pourquoi cela est arrivé et en tirer des leçons pour ne plus que cela se reproduise.

#2. Avorter les conflits au bureau avant que cela ne dégénère

Si on sent que des tensions s’installent, que s’écouter et se parler sans s’énerver n’est plus une option, ne vaut-il pas mieux reporter cette discussion à plus tard ? Il n’existe aucune règle ou aucune procédure qui nous oblige à poursuivre les échanges alors que cela commence à prendre une mauvaise tournure.

Faites comprendre avec courtoisie que vous ne souhaitez pas que votre bureau se transforme en champ de bataille et proposez donc à votre interlocuteur de poursuivre votre discussion un peu plus tard, à tête reposée lorsque chaque partie sera calmée.

Il s’agit ici d’une sage décision à privilégier quand on a encore suffisamment de lucidité pour le faire. Cela permettra d’éviter des querelles inutiles et vos échanges n’en seront que plus productifs.

#3. S'isoler et se rencontrer pour parler

Dans une société où les échanges d’emails et les appels téléphoniques sont omniprésents, on en oublie parfois que nous avons aussi la possibilité de s’entretenir en face à face. Par écrit et par téléphone, nous laissons trop de place à l’interprétation pour ne pas dire à la mauvaise interprétation.

S’offusquer parce que votre chef n’a pas mis les formes dans son e-mail en vous confiant une tâche, alors que de vives voix, vous auriez sûrement perçu la confiance qu’il a en vous pour vous confier cette mission.

Les emails, les appels et les messageries instantanées sont pratiques et utiles. Mais pensez à privilégier autant que possible les échanges en personne.

Si toutefois vous constatiez que les échanges interposés avec l’un de vos collègues sont un peu tendus, n’hésitez pas à lui proposer de vous isoler et vous voir pour en discuter afin de désamorcer immédiatement les tensions.

#4. S’unir car l'union fait la force face aux conflits au bureau

Deux de vos collaborateurs sont en froid et ne parviennent pas à s’entendre ? Et si vous leur confier un objectif commun ? Le travail d’équipe pour la réalisation d’une mission commune permettra de renouer des liens, favoriser les échanges dans un but et pour des intérêts communs.

C’est un exercice qui a su faire ses preuves car bien souvent, deux personnes faisant faces aux mêmes difficultés et mêmes enjeux finissent par mettre de côté leurs ressentiments et la solidarité et l’entente prendront le dessus.

#5. Compromis et concession

Il est essentiel de savoir faire la part des choses surtout dans un environnement professionnel où les dérives émotionnelles n’ont pas leur place. Les disputes peuvent parfois être prises à cœur et peut-être de façon trop personnelle. Il est important de comprendre l’origine des conflits au bureau et du sujet dont il est question et savoir se remettre en question.

Est-ce qu’une dispute doit nécessairement se terminer en pugilat avec un vainqueur et un perdant ? La réponse est non. L’idée n’est pas de savoir qui a tort ou a raison. L’objectif est de pouvoir faire votre travail de façon productive, dans de bonnes conditions et dans une ambiance optimale. Pour cela, peut-être que des concessions peuvent être faites ? Définissez des compromis avec votre collègue. Pensez également à valoriser ses qualités et ses réussites même si à cet instant précis seuls les négatifs vous viennent en tête. Il est primordial de savoir souligner les qualités de votre collègue afin de donner du crédit et du poids à ce que vous pourriez lui reprocher.

#6. La médiation lors d'un conflit au travail

Si vous avez tout essayé et que malheureusement rien a fonctionné, il existe encore une solution : la médiation. Différent d’un arbitrage, le médiateur peut être comparé à un décodeur qui va se charger de transmettre les informations entre les personnes qui ne se comprennent plus et qui ne parviennent plus à s’écouter. Il va tâcher de passer l’information dans le bon format et le diffuser sur le bon canal et tenter ainsi de rétablir le contact entre les individus.

La médiation peut se faire en 2 temps :

  • discussion individuelle avec chaque partie : cela permettra à chacun de pouvoir exposer librement son point de vue. Le médiateur aura ainsi toutes les informations.
  • une discussion collective. La présence d’un tiers permettra aux protagonistes de se sentir soutenu ou encore d’admettre qu’ils ont peut-être eu tort sur certains points.

Le médiateur aura un rôle important dans cet exercice car il ne s’agit pas ici de prendre parti, mais bien d’apporter suffisamment de nuances aux échanges pour que tout deux cessent de camper sur leur position et acceptent de trouver une solution.

Vous l’aurez compris, le dénominateur commun à toutes ces solutions présentées est la communication. Les non-dits, les incompréhensions, l’interprétation et les émotions sont tout autant de facteurs qui peuvent mener à des conflits au bureau. Pour éviter à devoir gérer ce genre de situation, favorisez le travail collaboratif, les échanges interpersonnels en mettant en place des réunions formelles ou informelles, proposez des activités de team building… mais surtout, ne minimisez pas les conséquences que peuvent avoir ces "petites" tensions sur la qualité de votre travail ou de celui de votre équipe.